dans ,

Le festival de lanternes de lotus en Corée du Sud inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO

La Corée a un patrimoine culturel incroyable de plus en plus reconnu.

Alors que pendant des années, peu connaissaient la Corée, le pays connait un nouvel essor et un nouvel intérêt de la part de touristes et personnes du monde entier.

Yeondeunghoe, un festival de lanternes en Corée du Sud, a été inscrit mercredi sur la liste des biens culturels immatériels de l’UNESCO.

La décision relative à l’inscription du festival des lanternes a été finalisée lors de la 15e session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui a débuté lundi et se poursuivra jusqu’à samedi. La réunion a eu lieu via un canal en ligne en raison de la pandémie mondiale.

«Malheureusement, nous n’avons pas pu célébrer l’inscription sur place avec les représentants coréens et le comité de préservation du Yeon Deung Hoe, mais nous sommes vraiment heureux de voir notre festival représentatif Yeondeunghoe être répertorié après environ trois ans de voyage», a dit le responsable du patrimoine culturel L’administration Chung Jae-suk.

Le festival organisé le jour de l’anniversaire du Bouddha a été désigné bien culturel immatériel important de la Corée n ° 122 en 2012. En mars 2018, la CHA a demandé l’inscription de Yeondeunghoe sur la Liste représentative de l’UNESCO du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Chung a également souligné qu’il était particulièrement important que les professionnels de l’Organe d’évaluation de l’UNESCO, qui évalue principalement l’exhaustivité technique de la candidature et la valeur du patrimoine, aient noté le formulaire de candidature de Yeondeunghoe comme un exemple bien préparé.

En novembre, le festival a reçu avec succès une recommandation «d’inscription» de l’Organe d’évaluation de l’UNESCO.

L’agence a expliqué que l’application contenait des informations sur la valeur du festival de l’éclairage des lanternes qui en fait un festival culturel pour tout le monde en Corée du Sud, même s’il s’agissait à l’origine d’un événement avec une signification bouddhiste.

L’origine du festival remonte à l’ère de Silla Unifié il y a plus de 1300 ans. Pendant le royaume Goryeo (918-1392), Yeondeunghoe, qui se tenait autrefois au Daeboreum, une journée célébrant la première pleine lune du calendrier lunaire, s’est transformée en un festival marquant l’anniversaire de Bouddha.

Avec cette inscription, le festival est désormais le 21e bien culturel immatériel de la Corée du Sud inscrit sur la liste de l’UNESCO.

L’élément le plus récent du patrimoine culturel inscrit en tant que tel était le ssireum, ou lutte traditionnelle coréenne, qui date de la période des Trois Royaumes, en 2018. Ssireum est également le premier élément du patrimoine mondial de l’UNESCO inscrit conjointement par les deux Corées.

«Nous allons essayer de faire de Yeongdeunghoe un héritage culturel qui peut être aimé par les gens du monde entier, quelle que soit leur religion», a ajouté Chung.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Que penses-tu?

Netflix annonce la date de sortie de « Busted 3 »

Les ARMYs préparent un défilé de bus de 200 m pour l’anniversaire de V