Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d'hommes étrangers et divulgue leurs informations K-Sélection
dans , ,

Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d’hommes étrangers et divulgue leurs informations

La plus grande communauté exclusivement féminine de Corée du Sud, 여성시대 (Women’s Era), qui compte 840 000 membres sur Daum, est actuellement au cœur d’une controverse, et certains médias la qualifient de version feminine de « Nth Room« .

Révélée en février 2019, l’affaire de la « Nth Room » portait sur la création, le commerce et la distribution de matériel pornographique illégal par l’intermédiaire d’un salon de discussion Telegram, dont les victimes étaient des femmes tandis que les auteurs étaient des hommes. Si elle a été signalée pour la première fois par le YouTuber @PPKKa, une tendance similaire d’échange d’informations, cette fois avec les sexes inversés, est maintenant signalée au sein de la communauté de l’Ère des femmes.

Au sein de cette communauté à prédominance féminine, certains membres ont partagé des « évaluations » détaillées d’hommes étrangers rencontrés sur des applications de rencontres, en se limitant à leur espace communautaire privé.

Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d'hommes étrangers et divulgue leurs informations K-Sélection

Parmi ces échanges, on trouve non seulement des discussions impliquant des mineurs, mais aussi des photos obscènes d’hommes étrangers, avec des commentaires de type harcèlement sexuel sur leur apparence et leurs organes génitaux, tels que « Qui a vu sa b**e ? », « Y a-t-il des témoignages sur les rapports sexuels avec un homme blanc ? ». « Sa b**e était-elle grosse ? » « Y a-t-il des utilisateurs qui connaissent le pilote de Sungnam sur l’application de rencontre ? »  » Ils ont beau être Africains, ils ne sont pas très doués pour le sexe. Leur taille est juste correcte », et bien d’autres choses encore.

Au sein de la communauté, une liste particulière, intitulée « U.S. M**itary Men Big Data Compilation », contenait trois pages détaillées d’informations personnelles/privées sur les soldats américains. Un membre, vraisemblablement à l’origine de la création de la liste, a déclaré : « Je vais compiler cette liste comme une encyclopédie. » Des listes contenant des informations personnelles sur des « hommes étrangers utilisant des applications de rencontre » ont également circulé auprès des membres de la communauté.

여성시대 Women's Era 442 Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d'hommes étrangers et divulgue leurs informations K-Sélection

Selon l’avocat GB Kim Seung Hwan, « leurs actions pourraient potentiellement violer la loi sur les réseaux d’information et de communication dans la mesure où elles sont diffamatoires. Sans oublier que la divulgation d’informations personnelles sans le consentement de l’intéressé peut être sanctionnée en vertu de la loi sur la répression du harcèlement en cas d’actions continues ou répétitives ».

La législation actuelle prévoit que les personnes qui utilisent un réseau d’information et de communication pour rendre publics des faits dans l’intention de porter atteinte à l’honneur d’une personne risquent jusqu’à trois ans de prison ou une amende pouvant atteindre 30 millions de KRW (environ 22 000 USD).

La diffamation portant sur de faux faits est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à sept ans, de la suspension des qualifications (telles que les licences professionnelles) ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 50 millions KRW (environ 37 000 USD). Pour les délits de harcèlement, la peine peut aller jusqu’à trois ans de prison et l’amende jusqu’à 30 millions de KRW (environ 22 000 USD).

Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d'hommes étrangers et divulgue leurs informations K-Sélection

Dernièrement, cette communauté s’est activement opposée à des événements perçus comme une sexualisation des femmes, tels que le « Festival pour adultes (2024 KXF The Fashion) », auquel étaient conviées des actrices japonaises de l’audiovisuel en Corée. Qualifiant le KXF de « salon de la prostitution », ils ont soutenu les pétitions visant à annuler l’événement dans les lieux prévus à cet effet.

Tout en critiquant publiquement la sexualisation des femmes, ils ont été accusés de présenter les hommes comme des objets sexuels, ce qui soulève des questions sur leur politique de deux poids, deux mesures. Les membres de la communauté ont fait part de leur opposition à l’événement de KXF, exprimant des réactions telles que :  » Il ne faut surtout pas organiser cet événement en Corée, comprenez-le « ,  » C’est dégoûtant qu’ils persistent à chercher d’autres endroits « ,  » C’est écoeurant « ,  » Pourquoi sont-ils si obsédés par cet événement  » , »Des gens dégoûtants », etc. Face à la forte opposition des autorités locales et des groupes de femmes, l’événement de KXF a finalement été annulé.

Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d'hommes étrangers et divulgue leurs informations K-Sélection

La manière dont les femmes de la communauté harcèlent sexuellement les étrangers comporte également un risque de discrimination raciale, étant donné que dans cette communauté, les hommes étrangers sont principalement considérés comme des objets de désir sexuel et de consommation, sans que leur personnalité soit prise en compte.

«  Quand on parle de ce qu’on appelle la ‘Nth Room’, l’idée dominante est que les hommes sont les auteurs et les femmes les victimes, mais cette affaire montre que les femmes peuvent aussi être les auteurs  » a déclaré le professeur Go Jung Woo, du département de sociologie de l’université Sungkyunkwan.

Il a ajouté:  » Mis à part la discrimination et les moqueries à l’égard des étrangers, toute personne qui utilise le sexe pour commettre des délits tels que la divulgation d’informations personnelles et la diffamation devrait faire l’objet de représailles et de sanctions « . Il a poursuivi en déclarant : « Qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes, ils doivent se demander s’ils sont impliqués dans de tels crimes sexuels« .

Une communauté gérée par des femmes sud-coréennes partage des photos nues d'hommes étrangers et divulgue leurs informations K-Sélection

source

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jenn

digusting

Laliesa

Une preuve que ça n’arrive pas qu’aux femmes…

Lisa

C’est particulier quand même, se faire filmer n’importe où, ils ne savent pas que c’est interdit ? Ou leurs lois sont peut être laxistes.

Les internautes pense que Kim Soo Hyun et Kim Ji Won de "Queen of Tears" sont en couple pour cette raison K-Sélection

Les internautes pense que Kim Soo Hyun et Kim Ji Won de « Queen of Tears » sont en couple pour cette raison

"Vous êtes une ordure" Les internautes pensent que Wonhee signalant des commentaires lors d'un Live était "une mise en scène"par HYBE

« Vous êtes une ordure » Les internautes pensent que Wonhee signalant des commentaires lors d’un Live était « une mise en scène »par HYBE