RunOn drama
dans

« Run On », le drama qui expose la société coréenne

Run On” attire les téléspectateurs avec son charme différent sans être toxique. Alors que les personnages et leurs discours dans le drama offrent un sentiment de consolation lorsqu’ils parlent pour les téléspectateurs, ils ne critiquent ni ne dégradent personne. Comme il souligne avec précision les problèmes de la société d’aujourd’hui, ce drama traite de sujets qui reflètent divers points de vue et intérêts tout en étant attentif en même temps. Voici pourquoi il est considéré par les téléspectateurs comme un drama non toxique.

run on drama

Tout d’abord, Ki Seon Gyeom, un athlète et Oh Mi Joo, une traductrice de cinéma, soulignent les problèmes dans les industries du sport et du cinéma. Dans un épisode, le drama décrit les problèmes qui doivent être résolus en tant que société. «Ne vous blâmez pas, mais blâmez les autres qui l’ont fait ainsi», dit Seon Gyeom alors qu’il sensibilise à la violence hiérarchique inhérente à l’industrie du sport, y compris les attitudes des spectateurs, les punitions insuffisantes pour les responsables et la protection insuffisante pour les victimes. La scène dans laquelle Mi Joo parle de son environnement de travail avec un collègue, alors qu’ils s’exclament «Tant pis pour le travail non rémunéré!» dépeint également une réalité décevante dans laquelle certaines conditions de travail ne correspondent pas à la passion du métier. En Corée du sud, il est attendu de tout le monde de faire des heures supplémentaires sans rémunération.

Même des situations quotidiennes tenues pour acquises sont remises en question. Le drama souligne qu’un prétendu compliment comme «Tu es jolie comme ta mère» pourrait être discriminatoire car il y a des tons sous-jacents de lookisme (discrimination selon l’apparence physique). Il appelle à une sensibilité à la discrimination en empruntant des lignes clichées. Seo Dan Ah (jouée par Choi Soo Young) souligne: “Je veux être la meilleure PDG. Si je le fais, c’est anormal et une fois que vous le faites, c’est normal. Mais la seule différence entre vous et moi est le sexe.” Elle jette également un coup dur à son père qui la contraint à un mariage interclasse en disant: «Plus je me sens mal à l’aise, plus je me rends compte.»

Run-On-sexisme

L’approche envers les personnages est également plutôt prudente. Au lieu de dire «orphelin», un langage qui attire les yeux des préjugés et de la sympathie, le drama utilise le terme «jeunes hors du système de protection» pour montrer le processus de réalisation et de croissance de l’individu. Cela empêche les regards des sympathisants en présentant Mi Joo, faisant que tout le monde pense qu’elle a bien grandi.

Enfin, les actions droites des personnages prouvent également la non-toxicité de cette œuvre. Seon Gyeom encourage les élèves à résoudre les problèmes par eux-mêmes, tandis que les scripts expliquent comment les adultes, eux aussi, traversent des moments difficiles et sont maladroits. Comme les personnages font face à l’impolitesse d’une manière douce et plus élégante, pas une seule scène passagère dans la série n’est offensante.

Seon Gyeom

‘Run On’ illustre une réalité dans laquelle ceux qui devraient être protégés ne le sont pas. Il dépeint parfaitement la réalité des «lanceurs d’alerte», et comment la victime doit uniquement compter sur son courage personnel et sa voix pour protéger ses droits. Il donne un aperçu de la nécessité de politiques institutionnelles pour protéger ces victimes.

La situation de Kim Woo Sik dans ‘Run On’ ne se limite certainement pas à la communauté sportive. Ce serait un cas courant dans notre société dans son ensemble. Le drama expose enfin une telle absurdité de la société dans laquelle beaucoup d’entre nous ont négligé. Le spectacle met également en contraste les vies et les valeurs conflictuelles des gens ordinaires, impuissants, et de ceux qui sont riches.

Run On‘ trouve une opportunité d’attirer diverses personnes qui voient la société chacune à leur manière en incorporant des situations qui sont familières à plusieurs.

SOURCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Que penses-tu?

kpop-groupe-filles-7-ans-fin-contrat

Les internautes s’inquiètent alors que les contrats des grands groupes de filles touchent à leurs fins

KittiB critique les rappeurs qui ont montré leur soutien contre la sexualisation des idols de K-pop

KittiB critique les rappeurs qui ont montré leur soutien contre la sexualisation des idols de K-pop