Près de 70% des étrangers en Corée révèlent avoir subi de la discrimination raciale
dans ,

Près de 70% des étrangers en Corée révèlent avoir subi de la discrimination raciale

Malgré une ouverture au monde de plus en plus grande et l’afflux croissant d’étrangers en Corée, le pays a parfois du mal à s’adapter.

Une femme musulmane s’est fait enlever de force le hijab par un inconnu dans la rue. Un réfugié a été moqué en visitant un centre communautaire local. Une étudiante d’origine coréenne de Chine a appris qu’elle faisait son master ici juste pour trouver un mari….

Ce ne sont que quelques-uns des actes discriminatoires que les résidents étrangers et les transfuges nord-coréens ont subis ici, a montré une enquête menée par la Commission nationale des droits de l’homme de Corée.

Publicité

Selon l’enquête menée auprès de 310 résidents étrangers en Corée entre le 22 juillet et le 5 septembre 2019, 68,4% des personnes interrogées ont déclaré avoir subi une discrimination raciale dans la société sud-coréenne.

Quelque 56% ont déclaré avoir été verbalement dénigrés, ce qui est la plainte la plus courante. Ensuite, viennent les intrusions dans la vie privée (46,9%), être regardé de manière désagréable (43,1%), être confronté à des désavantages sur les lieux de travail (37,4%) et se voir refuser un emploi (28,9%). Quelque 7% ont déclaré avoir été harcelés ou agressés sexuellement.

Interrogés sur les raisons qui ont conduit à la discrimination, de nombreux résidents étrangers ont déclaré avoir été victimes de discrimination en raison de leurs compétences en coréen (62,3%), parce qu’ils n’étaient pas coréens (59,7%) ou en raison de leur race (44,7%).

Quatre répondants sur 10 ont déclaré avoir été victimes de discrimination dans les tribunaux locaux, de nombreux autres signalant la discrimination de la part des bureaux d’immigration (35,2%), d’amis ou de collègues (30,7%), d’un conjoint (22,8%) ou de la famille d’un conjoint (22,7%).

Environ la moitié de ceux qui ont été victimes de discrimination ont déclaré qu’ils l’ont simplement acceptée même s’ils voulaient agir (48,9%) ou qu’ils en ont parlé à des membres de leur famille ou à des amis (50,2%). Environ 32% ont demandé l’aide de leurs amis et collègues et 29% ont tout simplement accepté la discrimination comme «naturelle» pour les étrangers.

Près de 58% de ceux qui n’ont rien fait ont dit qu’ils n’avaient rien fait parce qu’ils ne pensaient pas que les choses allaient changer, tandis que 45,3% ont dit qu’ils ne savaient pas quoi faire.

Le racisme dans la société coréenne est basé sur une attitude suprémaciste coréenne de mépriser les migrants des pays les plus pauvres, selon le rapport, appelant à la promulgation d’une loi anti-discrimination ici.

L’organe de surveillance des droits de l’homme a également souligné la «perception discriminatoire» du gouvernement coréen, citant la situation dans laquelle les étrangers non couverts par le régime national d’assurance maladie sont exclus du système de rationnement des masques du pays au milieu de la propagation du nouveau coronavirus.

Parmi les étrangers, seuls ceux qui cotisent au système national d’assurance maladie peuvent acheter des masques, dans les bureaux de poste, les pharmacies et les Hanaro Marts de Nonghyup.

Selon le gouvernement, quelque 1 million d’étudiants étrangers et de travailleurs migrants illégaux ne sont pas couverts.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

      Rina, l'enfant actrice du clip de 'ON' de BTS, donne son impression des membres du groupe

      Rina, l’enfant actrice du clip de ‘ON’ de BTS, donne son impression des membres du groupe

      Hwanhee de Fly To The Sky sous enquête policiaire pour conduite en état d'ébriété

      Hwanhee de Fly To The Sky sous enquête policiaire pour conduite en état d’ébriété