Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences 32
dans

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d’esclavage de leur agences

Il n’est pas surprenant que lorsque l’on pense à la K-Pop, on pense au glamour, à l’éclat et au style inoubliable que chaque idol incarne sur scène.

Cependant, certains fans de longue date peuvent être conscients que beaucoup de nos idols bien-aimés ont été confrontés à des situations précaires en raison des contrats d’esclavage imposés par leurs agences.

Les artistes SM resteront-ils après l'acquisition de HYBE Un unitié répond

Les contrats d’esclavage font référence à des contrats à long terme et injustes entre les idols et les agences de gestion. De SM à YG, les histoires d’idols piégés par leurs compagnies et forcés de travailler dans des conditions difficiles sont devenues monnaie courante dans le parcours d’un idol.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Maintenant, SM Entertainment est de nouveau sous les projecteurs, non pas à cause des changements d’investisseurs et de PDG, mais en raison de leurs contrats avec EXO, en particulier les membres Baekhyun, Xiumin et Chen. Mais quels autres groupes d’idols ont subi le même sort ?

Découvrez la liste des idols de K-Pop qui ont parlé ouvertement de leurs contrats ci-dessous !

  • STELLAR 

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Un groupe de filles qui a fait ses débuts en 2011. Les filles ont connu peu de succès pendant leurs débuts avec « Rocket Girl ». Leur compagnie, The Entertainment Pascal, les a induites en erreur en les faisant tourner des clips vidéo osés et en réalisant des séances photo séduisantes, prétendant que les photos étaient simplement destinées à tester les tenues et ne seraient pas utilisées pour des sorties d’album officielles ou des campagnes de marketing.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Cependant, les vidéos « Marionette » et « Vibrato » ont mis en valeur les corps des filles qui sont devenus une sensation sur les réseaux sociaux à l’époque.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

La membre Gayoung a parlé de l’expérience traumatisante et du contrat d’esclave lors de plusieurs interview.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

  • B.A.P.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

En 2014, le groupe de garçons B.A.P a poursuivi sa maison de disques afin de « se libérer de leurs contrats d’esclaves ». Les six membres Bang Yongguk, Kim Himchan, Jung Daehyun, Yoo Youngjae, Moon Jongup et Zelo ont déposé des documents juridiques auprès du tribunal de district de Séoul pour annuler les contrats exclusifs signés avec TS Entertainment en mars 2011.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Les garçons avaient principalement un problème concernant leurs revenus et demandaient une documentation claire de leur rémunération. En plus de cela, on leur demandait de renouveler leurs contrats afin d’étendre la durée de leur engagement envers l’agence lorsqu’ils étaient malades ou prenaient des pauses santé.

Le contrat semblait uniquement bénéficier à la maison de disques, car le contrat de sept ans n’entrait en vigueur qu’après leur date de début officielle, et non à la date de leur première signature sous TS Entertainment.

  • TVXQ

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

En 2009, lorsque la vague Hallyu était à son apogée et nos groupes préférés faisaient leurs débuts, TVXQ a ouvert la voie en exposant en premier les entreprises malveillantes de la K-Pop.

Leurs contrats duraient 13 ans, soit presque le double du contrat standard d’aujourd’hui, et le groupe a changé la façon dont les entreprises et les apprentis travailleraient ensemble à l’avenir.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Les anciens membres de TVXQ, Jaejoong, Yoochun et Junsu, connus maintenant sous le nom de JYJ, ont déposé une plainte contre SM Entertainment le 31 juillet 2009. Ils ont conclu un accord à l’amiable en 2012, et les informations sur l’affaire ont été rendues publiques en 2015 en raison d’une nouvelle loi promulguée.

Peu après, il a été révélé que le tribunal avait donné raison à SM Entertainment, mais cela ne signifie pas pour autant que le groupe n’était pas coincé dans un contrat esclavagiste.

TVXQ

En réponse à ces conditions, la Commission Coréenne du Commerce Equitable (KFTC) a mis en place en 2010 une règle qui fixait la durée maximale des contrats de divertissement à 7 ans.  

En 2017, la KFTC a restreint les contrats de divertissement à la suite d’un procès portant sur les pénalités financières imposées aux artistes qui rompent leurs contrats prématurément, rendant ainsi plus difficile pour les entreprises de contraindre les artistes à renouveler leurs contrats grâce à des clauses « immorales ».

  • LOONA

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

L’année dernière, le groupe de filles de Blockberry Creative, LOONA, a également rendu publique sa poursuite en justice.

Neuf membres, notamment Chuu, ont publiquement déclaré qu’il y avait des termes trompeurs dans les amendements, ainsi que des problèmes de répartition des bénéfices. Afin d’éviter de nouveaux préjudices financiers, elles ont déposé une demande d’injonction et de suspension des contrats.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Bien que les rôles se soient inversés et qu’il y ait eu un échange de pouvoir entre Chuu et le label, les choses sont devenues compliquées pour le groupe. Seules 2 membres, Vivi et Hyunjin, n’ont pas poursuivi en justice et Chuu a été écartée du groupe.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Seuls 4 membres ont remporté leur procès concernant l’annulation de certaines clauses de leurs contrats. Les 5 membres restants, Haseul, Yeojin, Yves, Olivia Hye et Gowon, ont vu leurs demandes rejetées et ont continué à travailler sous le label Blockberry Creative.

  • EXO

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Les membres chinois d’EXO, Kris Wu et Luhan, ont précédemment poursuivi SM en 2014 et ont trouvé un accord concernant leurs contrats. Comme d’autres, les deux membres ont également affirmé être piégés dans un « contrat d’esclavage » qui limitait leurs activités à l’étranger, avait une durée de contrat invalide et posait des problèmes de répartition des bénéfices.

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Malgré avoir conclu un accord final, les membres sont restés sous contrat avec SM mais ne sont plus autorisés à se produire ou à se promouvoir en tant que membres d’EXO. Récemment, Baekhyun, Xiumin et Chen ont également accusé SM de la même chose avant de conclure un accord avec l’agence.

  • Lee Seung Gi

Les Idols de K-Pop qui ont révélé les contrats d'esclavage de leur agences K-Sélection

Sans aucun doute, le contrat entre Hook Entertainment et Lee Seung Gi est probablement le contrat le plus horrible à ce jour. Des preuves ont été fournies par le propre Lee Seung Gi et un initié de l’entreprise, montrant que la PDG Kwon Ji Young aurait retenu les bénéfices de Lee Seung Gi pendant plus de 18 ans, utilisant illégalement ses revenus pour des dépenses personnelles telles que des vacances luxueuses, l’achat de produits de marque et même des frais pour la mère de la PDG Kwon et des prêts immobiliers pour son frère.

lee seung gi salaire pdg

Mais l’argent n’était pas le seul problème –  La PDG Kwon abusait de son pouvoir et obligeait Lee Seung Gi à se produire en privé lors de ses propres réunions personnelles tard dans la nuit, limitait ses dépenses alimentaires et de services, et l’abusait également verbalement et physiquement en proférant des menaces de m*rt.

lee seung gi salaire

Ce scandale a été le plus brûlant à l’époque et a prouvé que l’industrie du divertissement coréenne maltraitait encore ses artistes à huis clos malgré les changements de lois.

Pensez-vous que d’autres groupes souffrent de ces pratiques trompeuses de la part des entreprises ? N’hésitez pas à partager vos réflexions dans les commentaires ci-dessous.

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Se-ri

Oui, forcément que d’autres groupes ou solistes subissent les conditions abusives de ces contrats d’esclaves et sont victimes d’autres formes de maltraitance de la part de leurs agences et de leurs dirigeants.

Il y a une omerta parce qu’elles n’ont pas souvent le choix ou savent que le combat est perdu d’avance.

Bravo néanmoins à ceux qui osent, même si le résultat n’est pas toujours en leur faveur. Ils attirent au moins l’attention sur la face cachée de l’industrie.

J’espère que tous ces mouvements de protestation vont créer une vague qui va pousser d’autres artistes à sortir de l’ombre et à dénoncer ces pratiques abusives, même si ce n’est pas gagné.

StrayKidsdomination

J’espère que d’autres groupes ou Idols qui subissent ça en parlerons … sa doit être vrm dure d’en parler , ils sont vrm courageux ❤❤❤❤❤❤

Korean

Les pauvresxils on bien fait de porter plainte contre leur agence

SM Entertainment signale les camions des fans de Taeyeon à la police, les internautes réagissent K-Sélection

SM Entertainment signale les camions des fans de Taeyeon à la police, les internautes réagissent

7 séries japonaises captivantes à regarder sur Netflix et plus à regarder absolument

7 séries japonaises captivantes à regarder sur Netflix et plus à regarder absolument