Le suicide reste la principale cause de décès des sud-coréens chez les 10 à 39 ans K-Sélection
dans ,

Le suicide reste la principale cause de décès des sud-coréens chez les 10 à 39 ans

Le suicide est a principale cause de décès chez les personnes âgées de 10 à 39 ans en Corée du Sud en 2022, a révélé ce jeudi des données de Statistique Corée (KOSTAT), alors que le nombre total de décès a atteint un nouveau record.

L’année passée, 372.939 décès ont été rapportés dans le pays, soit un bond de 17,4% sur un an, selon les chiffres. Cela signifie que 727,6 morts ont été recensés pour 100.000 Sud-Coréens. Il s’agit du taux le plus important depuis que l’agence a commencé à compiler ces données en 1983.

Les Coréens ne veulent plus manger avec leurs collègues de travail

Le cancer est resté la principale cause de décès, représentant 22,4% des décès, devant les maladies cardiaques (9%). Les données ont également montré que le nouveau coronavirus (Covid-19) a englobé 8,4% des morts déclarées l’an passé.

Par ailleurs, un total de 12.906 cas de suicides ont été enregistrés en 2022, en baisse de 3,3% par rapport à l’année précédente.

Le suicide reste la principale cause de décès des sud-coréens chez les 10 à 39 ans K-Sélection

Le suicide était ainsi l’an dernier la sixième cause de mortalité chez les Sud-Coréens tous âges confondus, mais la première chez les 10-39 ans, alors que le pays est confronté à ce fléau social depuis plus d’une décennie.

Il a également constitué la deuxième cause de décès chez les quadragénaires et quinquagénaires. En moyenne, 35,4 personnes chaque jour se sont donné la mort.

Le suicide reste la principale cause de décès des sud-coréens chez les 10 à 39 ans K-Sélection

Le taux de suicide pour 100.000 personnes s’est ainsi élevé à 22,6 l’année dernière, largement plus que la moyenne des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui s’est fixée à 10,6.

Le taux de suicide en Corée du Sud est un mélange de facteurs économiques, sociaux et culturels.

Le pays est devenu une puissance économique mondiale après avoir été déchiré par la guerre de Corée, qui s’est achevée en 1953. Mais cette croissance économique rapide n’a pas conduit à une expansion des services de l’État et a plutôt contribué à l’accroissement des inégalités.

Le suicide reste la principale cause de décès des sud-coréens chez les 10 à 39 ans K-Sélection
Tired or stressed businessman sitting in front of computer in office

Cette situation a donné naissance à une société fondée sur des niveaux élevés de compétition et de réussite, ce qui a conduit de nombreux citoyens à souffrir de problèmes psychologiques.

En avril 2023, Le gouvernement a fixé le cinquième plan quinquennal pour la prévention du suicide lors de la sixième réunion sur la politique luttant contre ce fléau.  

Le gouvernement a pour objectif de réduire le taux de 30 %, c’est-à-dire de le baisser à 18,2 pour 100 000 habitants jusqu’à l’horizon 2027. Pour cela, il a décidé d’élargir l’examen national pour la santé mentale.

Il s’agit de faire passer son cycle à tous les deux ans contre dix actuellement, ce de manière à le mettre en phase avec l’examen de prévention de la santé physique. Ce dispositif s’appliquera d’abord aux jeunes avant de s’étendre à toutes les tranches d’âges.

Par ailleurs, l’Etat prévoit aussi de renforcer les services de consultation pour les personnes ou professions à haut risque, par exemple les victimes de violence scolaire ou les travailleurs dans l’industrie du spectacle, et de mettre en place un guichet unique pour aider les familles des suicidés.

source

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lisa

« Le taux de suicide en Corée du Sud est un mélange de facteurs économiques, sociaux et culturels. »

Ils auront beau mettre des services de consultations en place, ça ne changera rien puisque ce sont les mentalités qu’il faut changer et ça, ça ne risque pas d’arriver puisque c’est culturel.

C’est pas seulement en Corée, il y a la même chose en Chine et au Japon. Vous perdez votre identité individuelle pour celle du groupe. Vous devez avant tout plaire aux autres et vivre pour l’intérêt du groupe sinon vous êtes rejetés si vous ne rentrez pas dans le moule.

Franchement ça doit être chiant de passer sa vie à plaire aux autres au détriment de sa santé physique et mental.

Ajouter à cela que vous devez avoir un bon physique (les cliniques de chirurgie ont le vent en poupe) et un statut social potable (vive la promotion canapé et le sponsoring) au risque d’être célibataire à vie et que c’est votre famille qui choisit votre partenaire de vie (100k le mariage ça fait cher).

Bref, je suis contente de ne pas habiter en Corée.

Baldacchino

D’accord avec vous

Crjde

Être constamment dans le paraître et se plier à l’excellence doient etre un poids énorme psychologiquement. Je plainds cette jeunesse qui ne profite pas de leurs plus belles années.

Lisa

En effet, il n’est pas normal de devoir passer sur le billard (se faire opérer n’est pas une opération anodine, on peut en mourir) et donc sortir des milliers de $$$$ rien qu’en chirurgie esthétique dans l’espoir de décrocher un emploi ou bien qu’on offre une chirurgie comme si on offrait le dernier accessoire à la mode pour un anniversaire ou une recompense après un examen.
Tu m’étonnes après que cette société soit complexée par les apparences et le qu’en dira-t-on.

Après tu soulèves un point très important « l’excellence » or tout le monde ne peut pas exceller. Les parents mettent une pression énorme sur leurs enfants qui passent leur vie à étudier, est ce que tu te rends compte que certains se suicident à cause d’une damn note ?

Se-ri

Et le pire, c’est qu’ils ne le font pas pour l’avenir de leurs enfants (c’est clairement secondaire), mais toujours pour leur image et leur réputation dans la famille, le voisinage et la société.
Les pauvres enfants subissent l’avidité et l’égoïsme de leurs parents et se retrouvent coincés dans une vie qu’ils n’ont pas choisie, à perpétuer le système de faux-semblants dans lequel on les a plongés.

C’est tellement énervant et bouleversant de voir à quel point ils souffrent.

En parlant de ça, ça me fait penser à « SKY Castle ». Ce drama m’a mis les nerfs à vif tellement il a su mettre en scène ce phénomène incroyable.
J’ai failli en casser mon ordinateur.

Se-ri

Effectivement, la source du problème vient de leur mentalité, et tant qu’il ne sera pas traité à la source, l’on assistera toujours à cette déliquescence des mœurs.

Et malgré cette situation préoccupante, ils ne font pas véritablement grand-chose pour améliorer la société. Ils ont sans doute intérêt à maintenir ces inégalités et ces injustices sociales parce que ce mépris de la vie humaine est aberrant.

On va crier parce qu’une Hwasa montre son soutien-gorge mais les pauvres victimes de harcèlement et de maltraitance psychologique doivent vivre dans la honte et la peur. C’est révoltant.

Quand je vois comment les femmes, les employés, les enfants et les jeunes, les classes moyennes et les pauvres, les étrangers sont traités, je ne pourrai pas fermer ma gueule comme ils le font par respect de la hiérarchie, parce qu’ils doivent « rester à leur place » et ne pas « se mêler de ce qui les regarde » et autres bêtises pour justifier les exactions des bourreaux.

Et je suis d’accord avec toi, on a beau aimer ce pays, ce ne serait vraiment pas une sinécure d’y vivre.

Lisa

Moi je me demande ce que peuvent bien ressentir les parents une fois que leurs enfants se sont fichus en l’air parce que c’est quand ils sont en vie qu’il faut s’en préoccuper pas une fois morts.

Se-ri

Same here !

Après avoir fini de les pousser, en ignorant leurs sentiments, leurs plaintes, leur douleur et leur souffrance, leur bien-être et leurs aspirations, pour leur réputation et leur image, et que ceux-ci mettent fin à leurs jours, j’aimerais vraiment savoir comment ils se sentent.

C’est mal de le dire parce qu’il s’agit quand même d’une vie perdue, et une vie innocente, mais c’est la meilleure punition ou leçon pour eux.

Et pourtant, je suis sûre qu’il y aurait des parents qui même dans cette situation ne regretteraient que la « faiblesse » de leur enfant et non leur mauvaise conduite envers lui/eux.

6 C-dramas courts disponibles en streaming à commencer maintenant K-Sélection

6 C-dramas courts disponibles en streaming à commencer maintenant

Key de SHINee évoque la tradition de réserver un place vide sur scène pour Jonghyun

Key de SHINee évoque la tradition de laisser une place vide sur scène pour Jonghyun