dans ,

Le fondateur du culte Shincheonji sous investigation, le maire de Séoul prêt à enquêter pour homicide par négligence volontaire

Le bureau du procureur du district de Suwon enquête sur le fondateur de l’église de Shincheonji, Lee Man-hee, pour son rôle présumé dans la propagation rapide du coronavirus en Corée, a indiqué dimanche 1er mars le bureau.

Sur les 3 736 cas, plus de 2 113 sont membres de Shincheonji, selon le gouvernement, dimanche.

Jeudi 27 février dernier, un groupe d’anciens membres de Shincheonji a déposé une enquête criminelle auprès du parquet, accusant Lee de perturber les efforts du gouvernement pour contenir le virus.

« En soumettant de faux documents, il a entravé le gouvernement dans ses efforts épidémiologiques contre le nouveau coronavirus », a indiqué le groupe devant le parquet du district. Ne pas se conformer au gouvernement dans la crise causée par les maladies infectieuses peut être puni d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

Initialement, l’église a refusé de partager la liste de plus de 200 000 membres avec le gouvernement. Sous une pression croissante, l’église a finalement remis la liste au gouvernement, mais a encore suscité des critiques car elle était prétendument incomplète et inexacte.

Le groupe a affirmé que Lee était derrière la tentative de désinformation de l’église.

Dimanche, le maire de Séoul, Park Won-soon, a également demandé au procureur en chef Yoon Seok-youl d’arrêter Lee rapidement.

« L’accusation doit le détenir pour la propagation du nouveau coronavirus », a écrit Park sur Facebook. « C’est à cela que servent les poursuites. Si l’église et Lee n’agissent pas, la ville demandera également une enquête criminelle pour homicide par négligence volontaire. »

Plus tôt, Park s’est plaint que la liste des membres fournis par l’église ne correspondait pas aux noms obtenus par la ville. Park a accusé l’église d’avoir falsifié la liste.

En plus des fausses informations contenues dans les documents, la secte a également menti sur son travail missionnaire à Wuhan. L’église a nié à plusieurs reprises jusqu’à la semaine dernière qu’elle avait fait de nouveaux convertis dans la ville chinoise, qui est l’épicentre du nouveau coronavirus. Le ministère de la Justice a déclaré samedi que 42 membres de Shincheonji étaient entrés en Corée depuis la Chine depuis juillet.

Si l’accusation détenait Lee, ce serait un autre cas très médiatisé impliquant une secte religieuse. En 2014, l’accusation a pourchassé un autre chef de secte religieuse blâmé pour la catastrophe du ferry de Sewol, dans laquelle plus de 300 passagers sont morts.

Un expert de Shincheonji a déclaré que le secret était le trait distinctif de la secte et que l’église ne se conformerait pas pleinement sans une démonstration de puissance physique.

L’expert a également averti que le nombre de cas confirmés continuerait d’augmenter à moins que le gouvernement ne réprime le travail missionnaire de l’église, dont la stratégie principale est de rejoindre d’autres églises en tant que supposés nouveaux convertis, puis d’en convertir les membres pour leur propre culte.

Un commentaire

Répondre
  1. Ils ont quels problèmes mm non seulement ils gatent le nom de l’église mais en plus ils font du n’importe quoi, c’est vraiment génant pour les autres églises et chrétiens. Et ce qu’ils font est complètement stupide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Que penses-tu?

Les internautes impressionnés par la photo de lycée de l’acteur Ahn Hyo Seop

Les 5 meilleurs moments du retour de BTS sur ‘Inkigayo’