dans ,

Deux Femmes Ont été Agressées par Quatre Hommes Pour Leur Apparence de ‘Féministe’

AVERTISSEMENT: l’article suivant contient du texte graphique et des images.

Deux femmes ont été agressées pour leur apparence et “manque de féminité”. Une des deux femme a été battue au point de pouvoir voir son crâne couvert de sang. Les attaquants ont supposé qu’elles étaient féministes car elles avaient les cheveux courtes.

Le 13 novembre, vers 4 heures du matin dans un bar situé près de la gare d’Isu dans le sud de Séoul, deux femmes buvaient de la bière lorsqu’elles ont remarqué qu’elles recevaient des regards étranges de la part d’un couple assis à une table près d’elles. Quand elles ont demandé au couple d’arrêter, ils se sont contentés de rire et de murmurer, rendant les deux femmes mal à l’aise.
Leur comportement continu a mené à une dispute entre les deux femmes et le couple. 4 hommes, qui n’avaient aucun lien avec le couple, se sont joints à la discussion et ont commencé à attaquer les femmes. Les hommes les appelaient «des femmes-nazies dont je n’entends parler que d’elles» et critiquaient leurs visages et leur apparence.

Les policiers n’ayant pris aucune mesure, ni protégé les deux femmes, une des deux victimes s’est exprimée à travers les réseaux sociaux pour demander de l’aide aux gens.


« Aidez-moi. »

« Je suis actuellement hospitalisée et je viens de me réveiller pour écrire ceci. Cela s’est passé le 13 novembre à 4 heures du matin, dans un bar à bière de la gare Isu.

Mon amie et moi buvions de la bière et un couple assis à une table à côté de nous ne cessait de nous regarder. Même quand nous leur avons demandé pourquoi ils nous regardaient, ils n’arrêtaient pas de se moquer de nous et de murmurer, de sorte que nous nous sentions mal à l’aise.

Leur comportement a mené à une dispute verbale et cinq hommes sans relation avec le couple se sont joints à la dispute et ont commencé à nous attaquer. Le couple a déclaré: « Ce sont ces gens-là, ils ne semblent même pas être des gens”, les hommes ont repondu, » Je vois des chiennes femnazis dont j’entends parler. qu’est ce qui ne va pas avec leurs visages . » […]
Elle a continué: « Le couple est parti et nous ont laissées avec ces hommes […] Ils n’arrêtaient pas de nous harceler. Mon amie ne pouvait pas supporter de les voir en train de prendre des photos en secret et les a approchés pour leur dire d’arrêter, mais ils ne l’ont même pas écoutée et ont commencé à la pousser.


La situation devenant plus violente, j’ai commencé à enregistrer aussi, mais un homme a pris mon téléphone. Quand j’ai essayé de reprendre mon téléphone, il m’a serré les poignets et m’a dit « arrête, tu es née avec un vagin et ne peux même pas le faire (reprendre le téléphone) » et « n’est-ce pas ce que tu fais une caméra espion ? »
Et il m’a poussée contre le mur, et comme j’ai trébuché, il m’a poussée encore et j’ai perdu mon équilibre et me suis frappé la tête contre le sol. Quand j’ai essayé de me lever, il a menacé de me balancer sur une chaise en disant: « As-tu peur?[…] Idiote. »

La victime a poursuivi en expliquant qu’elle n’a pas pu se relever à cause du choc et que les hommes riaient tout en marchant sur son sac.

“Lorsque mon amie a dit qu’elle devait appeler la police, les hommes sont partis rapidement et je me suis présentée à la police en tant que victime de violence physique. Mon amie a dit qu’elle ne laisserait aucun d’entre eux s’échapper et s’est emparée d’un, qui a eu du mal à s’échapper.

Elle a été poussée violemment près de l’escalier en sortant. Je n’arrêtais pas de dire de ne pas pousser près des escaliers, mais les hommes peinaient pour s’échapper tandis qu’un homme donnait des coups de pied à mon amie. Elle a volé en arrière et s’est frappée la tête au coin de l’escalier […] elle a commencé à saigner abondamment de l’arrière de sa tête. »

Elle a expliqué qu’elle a demandé aux employés d’appeler la police et a continué “J’ai été transférée au poste de police avec deux voitures de police, mais j’avais peur de me faire harceler à nouveau. »

Elle a poursuivi en décrivant le comportement de ces attaquants: “L’oisiveté que vous avez pour dormir dans la voiture de police. La liberté dont vous avez besoin pour aller fumer une cigarette entre deux déclarations. Le confort que vous avez lorsque vous enlevez vos chaussures et que vous vous allongez pendant que vous attendez. Ils n’auraient pas peur d’une femme en tant que quatre hommes.”
Elle a continué à décrire la situation et a déclaré que les 4 hommes ont prétendu être des victimes. La jeune femme a conclu son appel à l’aide en demandant aux autres victimes de s’identifier : «La peur que je ressentais alors que j’étais menacée, dans une situation que je n’ai jamais vécue avant, me hante et me traumatise et me rend encore malade et nauséeuse rien que d’y penser. »

«Nous avons besoin de votre aide, car nous savons qu’il y aura plus d’hommes qui nourrissent leur complexe de supériorité en voyant que les femmes fortes, et puissantes aux cheveux courts, mais ils n’ont rien à craindre après tout. Merci de nous contacter si vous avez vécu quelque chose de similaire ou si vous êtes des experts du domaine du droit.»

Il y a actuellement 329,642 signatures sur une pétition de la Maison Bleue concernant le cas, ce qui signifie que le gouvernement est obligé de régler le problème dans les 30 jours. Le hashtag # 이수역_폭행남 a également fait l’objet d’une tendance mondiale.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Que penses-tu?

edawn-hyuna

E’Dawn et HyunA ont réagi à la suite de l’annonce de la résiliation du contrat avec Cube Entertainment

Les politiciens coréens ont réagi à la controverse autour des BTS au Japon