kingdom saison 3
dans

De « Sweet Home » à « Demon Catchers », Comment Ces Kdramas donnent vie à nos émotions les plus sombres

Lorsqu’il s’agit de genres comme la fantaisie, l’horreur et la science-fiction, les téléspectateurs font l’expérience de nouvelles sensations, visitent de nouveaux mondes et se perdent dans l’imagination de quelqu’un d’autre – d’autant mieux si c’est brillamment réalisé. Mais en réalité, ce n’est que la moitié. Les images agissent comme des miroirs, reflétant non seulement notre société, mais aussi des parties de nous-mêmes avec lesquelles nous ne sommes peut-être pas toujours à l’aise.

Des séries coréennes récentes telles que « Sweet Home », « Demon Catchers » et « The School Nurse Files » ont utilisé les éléments caractéristiques de ces types de récits popularisés à l’étranger et leur ont apporté une dimension émotionnelle. Les monstres, les démons et les « gelées » dans ces histoires sont des expressions des frustrations, des peurs et des désirs refoulés des personnages qui apparaissent à l’écran.

De "Sweet Home" à "Demon Catchers", Comment Ces Kdramas donnent vie à nos émotions les plus sombres K-Sélection

Ils nous enthousiasment, mais certainement plus important encore, ils nous mettent aussi intellectuellement au défi.

Dans le domaine du divertissement coréen, le moment décisif pour les genres à haute teneur conceptuelle (bien qu’il ait été précédé par plusieurs exemples) a été le film de créatures de Bong Joon-ho. « The Host », un improbable mélange d’horreur, de comédie, de drama et de satire politique dissimulé sous les traits d’un film de série B. Il est devenu le film coréen le plus réussi, un titre qu’il a détenu pendant huit ans.

Les meilleurs films coréens fantastiques et de science-fiction qui vous aideront à passer un voyage hors du temps the host

Dix ans plus tard, le flambeau a été transmis à Yeon Sang-ho, qui a pris un risque en s’attaquant à un genre considéré comme bon marché, superficiel et généralement antipathique pour le public coréen : les films de zombies. « Train to Busan » a été le film coréen le plus réussi de 2016 et le premier à connaître un succès significatif dans les multiplexes du monde entier.

Le film de Yeon avait un concept accrocheur – des zombies dans un train – ainsi que tous les éléments d’un grand succès cinématographique coréen bien réalisé : un casting attrayant, des valeurs de production solides et un mélange capturant d’humour, de tension et d’émotion. Mais ce qui le distinguait, c’était sa dimension de commentaire social. Le film critiquait la réaction du gouvernement aux situations d’urgence nationale, seulement deux ans après le naufrage du ferry Sewol en Corée du Sud, au cours duquel 250 écoliers ont péri.

Train to Busan (2016)

Le succès de « Train to Busan » a ouvert les portes à un nouveau type de narration en Corée. Les studios et les réseaux ont compris que le public coréen était désireux de découvrir différents types de frissons, souvent avec des éléments de fantaisie et d’horreur. De plus, avec des effets visuels de classe mondiale enfin disponibles sur le marché intérieur et l’intérêt croissant à l’échelle mondiale pour le contenu coréen, il devenait possible de porter à l’écran des histoires plus ambitieuses.

Lorsque Netflix s’est lancé dans sa première série originale coréenne, la tendance était déjà en plein essor. La première œuvre que le géant du streaming a approuvée était un thriller d’horreur historique sur les zombies : « Kingdom ». « Kingdom » abordait également des aspects allégoriques sur la politique et la société, mais, comme c’est le cas pour toutes les tendances en Corée, Elle progressait rapidement, donnant naissance à un nouveau sous-genre par la suite, un sous-genre emblématique d’une nette évolution dans les styles et les préoccupations des auteurs de la fiction populaire coréenne.

Kim Hye Jun kingdom

Dans la tradition occidentale de la science-fiction, la raison d’être de ces histoires, au-delà de l’esthétique, a été les idées élevées touchant à la politique, à la sociologie, voire à la théologie et à la métaphysique. En Corée du Sud, certaines de ces idées, qui ont tendance à germer à partir de mentalités individualistes, ont trouvé moins de faveurs. Pour les créateurs coréens, l’essence de toute histoire, que ce soit un Kdrama familial ou un thriller d’action, est invariablement enracinée dans des préoccupations émotionnelles.

Ainsi, des séries telles que « Sweet Home », « The Uncanny Counter » et « The School Nurse Files » semblent être une variante naturelle et essentiellement coréenne du contenu de genre à haute teneur conceptuelle que les téléspectateurs ont adopté au cours des dernières années.

Les protagonistes, coincés dans une tour, doivent affronter des monstres dans « Sweet Home », mais ils savent qu’à tout moment, ils pourraient eux-mêmes se transformer en monstres. L’un des personnages secondaires de la série, qui se transforme effectivement en monstre, devient un embryon gigantesque, mais inoffensif, symbolisant le traumatisme qu’elle a vécu en tant que mère ayant perdu son enfant.

De "Sweet Home" à "Demon Catchers", Comment Ces Kdramas donnent vie à nos émotions les plus sombres K-Sélection

Dans « The School Nurse Files », l’infirmière titulaire protège une école contre les « gelées », qui sont des expressions des émotions des élèves. La plupart sont inoffensives, mais si elles ne sont pas maîtrisées, elles peuvent devenir quelque chose de beaucoup plus dangereux. Au-delà des émotions telles que l’amour, la peur et la solitude, la série explore également les pouvoirs destructeurs de la pression des pairs et de la bigoterie.

« The Uncanny Counter » met en scène un groupe de restaurateurs d’un restaurant de nouilles qui luttent contre des démons qui se nourrissent des âmes faibles. Ce ne sont pas n’importe quelles personnes qui risquent d’être possédées par ces démons ; seules celles ayant une prédisposition à la violence (qu’elle se manifeste sous différentes formes, de la sociopathie à la négligence domestique) peuvent être ciblées.

Il est intéressant de noter que ces trois séries ont été créées à partir de livres ou de webtoons, qu’il existe de nombreuses autres histoires qui attendent d’être adaptées. 

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Se-ri
Se-ri
2 mois il y a

Et que nous attendons avec joie de voir (brillamment) adaptées.

Comment la Kpop a dominé l'année 2023 K-Sélection

Comment la Kpop a dominé l’année 2023

La formation finale du groupe frére de NiziU, NEXZ, est annoncée K-Sélection

La formation finale du groupe frére de NiziU, NEXZ, est annoncée