dans ,

La Corée du Sud va revoir la loi anti-avortement avant fin 2020

En 1953, la Corée a adopté pour la première fois une loi qui considérait l’avortement comme un acte criminel passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an de prison pour la mère ou d’une amende de 2 millions de won (environ 1 560 euros). Le médecin traitant pourrait également être emprisonné pendant deux ans.

Depuis lors, l’avortement n’a été légalement autorisé que dans quelques cas, comme des cas de viol, d’inceste, de préjudice à la santé de la mère ou de troubles héréditaires.

Cependant, la Cour constitutionnelle a déclaré aujourd’hui que la stricte interdiction de l’avortement imposée par le pays était inconstitutionnelle. Les 9 juges ont statué par 7 voix contre 2, affirmant qu’il était injuste de donner plus de poids à la valeur de la protection de la vie du fœtus par rapport à la violation des droits de la femme.

south korea anti abortion 2

La décision faisait suite à une plainte déposée en 2017 par un obstétricien qui était en procès pour avoir pratiqué plusieurs avortements. Le demandeur a fait valoir que «la limitation du droit de la femme enceinte de choisir librement [va] à l’encontre du principe selon lequel les atteintes à ce droit doivent être réduites au minimum».

La cour a finalement annulé une décision antérieure qui avait été remise en août 2012. La décision de 2012 confirmait la première loi interdisant l’avortement après avoir statué que le droit du fœtus à la vie était aussi important que le droit de la femme à choisir librement. À l’époque, ils estimaient que permettre l’avortement deviendrait une procédure omniprésente dans la société.

south korea anti abortion 1

Un récent sondage réalisé par Gallup Korea semble refléter la nouvelle décision de la cour: seuls 45% des répondants s’accordaient pour dire que l’avortement était un autre mot pour désigner un meurtre, une baisse significative par rapport à 53% en 2016 et à 78% en 1994.

Cette décision intervient également à un moment où la Corée du Sud est confrontée à un taux de natalité extrêmement bas. Des études réalisées en 2018 ont montré qu’une femme en Corée du Sud aurait un nombre moyen d’enfants de 0,98, le taux plus faible des pays de l’OCDE.

south korea anti abortion 3

Le gouvernement a annoncé qu’il respecterait la nouvelle décision de la cour et obligerait le Parlement à réviser les lois en vigueur d’ici à la fin de l’année prochaine.

«Les ministères concernés coopéreront pour proposer des mesures de suivi de la décision de la cour» – Gouvernement sud-coréen

Suivez nous sur FacebookTwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

EXO-CBX a révélé une collaboration spéciale avec Marvel

La Korea Management Federation intervient dans le différend entre Kang Daniel et LM Entertainment