dans ,

La Corée du Nord coupe les canaux de communication avec le Sud

Les relations entre la Corée du Nord et du Sud ont toujours été tendues, allant de moments d’amélioration à des moments de tensions grandissantes.

Il faut également se rappeler qu’officiellement, les deux Corées sont toujours en guerre, ce qui explique en partie l’obligation de service militaire de presque 2 ans en Corée du Sud.

La Corée du Nord a coupé mardi 9 juin tous les canaux de communication, y compris la hotline entre Cheong Wa Dae et ses dirigeants, ce qui suscite des inquiétudes quant à l’escalade des tensions entre les deux Corées.

La décision a été annoncée par l’agence centrale coréenne de presse du Nord, qui a également annoncé que tous les projets concernant la Corée du Sud deviendront désormais des «projets contre l’ennemi».

«À partir de midi le 9 juin, la ligne de communication entre les gouvernements du Nord et du Sud a été maintenue par le biais du bureau de liaison conjoint, les lignes de communication de la mer de l’Ouest entre les forces armées, la ligne de communication d’essai Nord-Sud, la ligne de communication directe entre le bureau du Comité central du Parti des travailleurs et de Cheong Wa Dae seront complètement fermés et supprimés », a déclaré la KCNA, affirmant que cette décision avait été ordonnée par Kim Yo-jong et Kim Yong-chol lors d’une réunion des départements concernés avec la Corée du Sud, tenue lundi.

Kim Yo-jong est la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et la première vice-directrice du département du Comité central du Parti des travailleurs. Kim Yong-chol est vice-président du comité central, qui dirige les projets liés à la Corée du Sud.

La hotline entre les deux principaux bureaux de Corée a été mise en place en avril 2018, mais il n’y a pas eu d’utilisation confirmée de la ligne depuis qu’elle a été testée le 20 avril. Les canaux de communication militaires et gouvernementaux ont été utilisés deux fois par jour depuis leur mise en place, mais le Nord n’a répondu à aucune communication mardi, selon des responsables sud-coréens.

Cette décision intervient quelques jours après l’avertissement de Kim Yo-jong selon lequel Séoul doit se préparer à de graves conséquences, notamment l’accord militaire intercoréen signé le 19 septembre 2018, mis au rebut si Séoul n’arrête pas l’atterrissage de tracts anti-nord-coréens sur son territoire.

Le rapport de mardi de la KCNA a révélé que Kim avait également examiné les mesures qui seront prises contre le Sud lors de la réunion.

« La nécessité de transformer en profondeur les projets liés au Sud en projets contre l’ennemi a été soulignée, et des plans ont été examinés pour déterminer avec précision le prix des torts commis par les trahisons et les ordures », selon le rapport, faisant référence au Sud comme des traitres et une poubelle.

Le KCNA a déclaré que Pyongyang a conclu qu’il n’y avait plus besoin de rencontrer le Sud, ni aucun problème dont les deux parties doivent discuter, et que la coupure des canaux de communication est la « première étape pour supprimer les choses inutiles ».

Le ministère de l’Unification de Séoul a refusé de donner des précisions sur les mesures possibles que Séoul pourrait prendre et son évaluation des motivations du Nord, affirmant seulement que le gouvernement surveillerait la situation et qu’il considérait les communications comme vitales pour les relations intercoréennes.

Une position similaire a été prise par le ministère de la Défense nationale, affirmant qu’il surveillerait de près les développements et réagirait en conséquence.

Un commentaire

Répondre
  1. C’est vraiment effrayant et désolant de voir ça… Nous sommes en 2020 une année considérée comme futuriste et pourtant les guerres et les imbéciles dictateurs existent encore… Quel genre d’ère on vie? Tu parles d’un futur.. J’espère qu’il n’y aura jamais d’affrontement physique. La guerre : l’humanité l’a assez vu comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

EXO-SC se prépare pour un retour en juillet

Le producteur de Kpop arrêté pour agression sexuelle révélé être le créateur de la ‘Gwiyomi song’