dans ,

La Corée du Nord prévoit d’envoyer des tracts anti-Corée du Sud

Cela fait plusieurs jours que les tensions ne font que monter entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

La Corée du Nord est même allée jusqu’à fait exploser un poste de liaison avec le sud, montrant son intention d’arrêter les communications.

La Corée du Nord a réaffirmé son intention de lancer des tracts anti-Corée du Sud, dimanche 21 juin, un jour après que le ministère de l’Unification a exprimé ses regrets à propos de ce plan et a exhorté le Nord à l’abandonner immédiatement.

Chargé d’opération de propagande, le Département du Front uni du Nord (UFD) tient le Sud pour responsable de la mise au rebut d’un accord intercoréen de 2018 qui visait à mettre fin aux activités hostiles à la frontière.

« Nous, clairement conscients que la diffusion de tracts est une violation de l’accord Sud-Nord, n’avons aucune intention de reconsidérer ou de modifier notre plan à un moment où les relations Sud-Nord ont déjà été rompues », a déclaré un porte-parole de l’UFD dans un communiqué. « Les autorités sud-coréennes ne doivent plus parler de l’accord qui a déjà été réduit à un document mort ».

Samedi 20 juin, le ministère de l’unification a demandé au Nord de retirer un plan pour envoyer les tracts à travers la zone démilitarisée (DMZ), après que les médias contrôlés par l’État de Pyongyang l’aient signalé.

Pyongyang a proposé ce plan comme l’une des nombreuses mesures de rétorsion en réponse aux tracts anti-Corée du Nord envoyés par un groupe de transfuges à l’aide de ballons le mois dernier.

Les tracts du Sud, selon le Nord, avaient des commentaires désobligeants à propos de son leader Kim Jong-un.

Les médias nord-coréens ont montré des images d’un tas de tracts avec des photos du président Moon Jae-in, jonchées de mégots de cigarettes et de saleté.

« Dans tout le pays, la préparation de la campagne de tracts est en cours. Nous imprimerons les tracts en masse et les verserons sur la tête des autorités sud-coréennes », a déclaré Rodong Sinmun, le journal officiel du Parti des travailleurs au pouvoir.

Concernant la décision du Sud de légiférer une interdiction de la campagne de tracts lancée depuis son territoire, le Nord a déclaré qu’il était « trop ​​tard » et que Séoul « ne faisait que trouver des excuses peu avancées ».

« Avant de vanter tardivement la violation et le principe, ils auraient dû regarder en arrière qui a commis le premier et avoir comploté des actes qui ont allumé le flamme du conflit Sud-Nord et qui ont détérioré la situation jusqu’à la catastrophe », a déclaré le porte-parole de l’UFD. « Lorsqu’elles seront mises à notre place, les autorités sud-coréennes pourront comprendre un peu combien nous les avons regardées avec dégoût et à quel point cela nous a offensé. »

Parmi ses mesures de rétorsion, le Nord a promis de restaurer les postes de garde de la DMZ qui ont été supprimés en vertu d’un accord intercoréen et de redéployer des militaires vers le complexe touristique commun du mont Geumgang et le parc industriel commun de Gaeseong.

Une source proche de Pyongyang a déclaré dimanche que le Nord avait envoyé de petits groupes de soldats aux postes de garde frontière pour nettoyer le feuillage et entretenir les routes.

La source a indiqué que jusqu’à cinq soldats avaient été vus avec des pelles et des faucilles dans de petites boîtes de jalonnement.

Nous espérons que les tensions finiront par s’apaiser.

3 Commentaires

Répondre
  1. pourquoi le nord essaye toujours d’attaquer le sud est le nord ne pouvont pas tout symplement arreter est fair leur vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Que penses-tu?

‘Stay Gold’ de BTS en tête des palmarès iTunes dans plus de 80 pays

Seulgi et Irene de Red Velvet annoncent la nouvelle date de débuts de leur unité