dans ,

Le Burning Sun serait impliqué dans le tournage de films de torture et les drogues

Les derniers rapports sur le scandale du Burning Sun ont révélé des possibilités de violence sexuelle sadique et de tournage illégal de «snuff» dans les salons VVIP, ou dans des appartements privés à proximité du club, où les femmes droguées étaient exploitées.

Un «snuff» peut être défini comme un homicide pornographique devant la caméra. Les actions sexuelles et les tortures filmées pour de tels films ne sont pas simulées, mais plutôt infligées à la victime – rendant de tels films «réels».

Le Burning Sun aurait embauché une équipe d’incinérateurs pour se rendre dans ces appartements-salons et nettoyer la scène du crime une fois les nuits passées. Le même rapport partageait des SMS envoyés à de telles équipes d’incinération et analysait ce qui était commandé.

Le message se lit comme suit: “Nettoyez l’appartement XXX. Tout ce qui est direct doit être jeté sur les lieux. Les choses indirectes peuvent être jetées à l’endroit où nous l’avons mentionné.” Alors que ce message, sans contexte, peut sembler innocent, il est censé ordonner à l’équipe d’incinération de brûler et / ou de détruire des preuves qui suggèrent une consommation de drogues illicites, des violences sexuelles et de tournage illégal. 

Le rapport a souligné que “tout ce qui est direct» dans la première partie du message signifie en réalité des traces ou des éléments qui peuvent devenir des preuves directes de ce qui s’est passé dans le salon. Par exemple, expliquait le rapport, les restes de médicaments, seringues et aiguilles seraient considérés comme directs.”

drugs

Par «jeter», les messages texte ordonnent à l’équipe d’incinération de détruire par le feu. Essayer de se débarrasser des preuves relatives à l’usage de drogues sur les lieux est probablement une mesure préventive consistant à ne pas créer de piste susceptible de mener à des enquêtes éventuelles vers l’une des parties impliquées. 

Selon le rapport, la deuxième partie du message texte laisse entrevoir la possibilité de créer des «snuff» dans ces appartements-salons. Les «indirects» sont considérés comme des vêtements sanglants et des tissus usagés. En d’autres termes, tout ce qui est utilisé pendant le tournage et / ou le nettoyage peut être considéré comme une “preuve indirecte”.

L’équipe de nettoyage a été priée de se débarrasser de tels articles «à l’endroit mentionné par [les officiels du Burning Sun]». Le rapport explique que cela indique simplement qu’il se trouve en dehors de la province de Gangnam, où se trouve le club. Les équipes d’incinération auraient dû prendre la «preuve indirecte» et s’en débarrasser quelque part loin des lieux du crime. Cette partie du message suggère en fait que tout, de la drogue aux assauts en passant par le tournage puis le nettoyage, avait déjà été discuté, organisé et mis en place par les officiels du club. 

Un ancien coéquipier de ces équipes d’incinération a expliqué au programme télévisé que la tâche principale de l’équipe de nettoyage consistait en réalité à éliminer le sang dans le salon. Il se souvenait avoir vu une femme inconsciente dans le salon saigner, subir des transfusions, tout en étant filmée.

“Une femme a été ligotée et mise à saigner (volontairement). Dans son état d’inconscience, il semblait que le visage de la femme avait des convulsions. Ils étaient en train de filmer ça et on aurait dit que l’un d’entre eux était un docteur. Il a arrêté le saignement et a fait des transfusions sanguines. Je me suis dit: “Que diable se passe-t-il…”

Kim Sang Kyo, l’homme qui a été agressé au club et qui peut être considéré comme la personne même qui a entamé toute l’enquête exploratoire sur le scandale Burning Sun qui a suivi, a expliqué que l’émission de télévision Straight ne pouvait pas couvrir la partie “snuff” détail en raison de la réglementation. Au lieu de cela, il a hashtaggé «snuff film» et «GHB», qui est le nom de la substance utilisée au Burning Sun pour droguer les visiteurs de sexe féminin, et a laissé entendre ce que «l’élément le plus choquant» est en réalité.

Traduction de légende: “La partie la plus choquante n’a pas pu être diffusée, car l’émission craignait d’éventuelles imitations de tels crimes, ainsi que des réglementations et des sanctions en matière de radiodiffusion.”

Dans un article suivant, il a partagé sur son compte Instagram une série de photos qui expliquent ce que sont les “films snuff” et a indiqué dans la légende qu’il pensait que les responsables gouvernementaux concernés tentaient d’empêcher que cette partie la plus controversée devienne publique et virale. Dans la section des commentaires scandalisés, Kim Sang Kyo a déclaré qu’il était résolu à transformer ce problème en un problème plus important, en l’appelant son #BurningSun_ToGoPublic_Project.

Il a ajouté en légende: “Si le pays tente d’empêcher que la vérité soit dite, les citoyens le feront eux-mêmes.”

Bien que les forces d’enquête n’aient publié aucune déclaration officielle concernant ce que l’émission télévisée et les publications Instagram de Kim Sang Kyo ont récemment révélé, les Coréens restent totalement choqués et dégoûtés des possibilités qu’ils ont partagées jusqu’à présent. Nombreux sont ceux qui sont déçus par le rythme auquel les enquêtes du scandale Burning Sun se poursuivent et ce, sans succès.

Regardez le rapport complet ci-dessous:

Suivez nous sur FacebookTwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

TXT vient d’annoncer le nom de son Fanclub; les internautes demandent de le changer

Yoon Jisung annonce la date de son enrôlement militaire