dans ,

Bang Si Hyuk discute des clés du succès de BTS avec Big Hit

BTS est un des plus grands groupes de Kpop de l’histoire. 

Leur histoire est particulière, ayant été pendant longtemps l’unique groupe de Big Hit Entertainment, et ayant à eux seuls fait la renommée de l’entreprise.

Dans un récent article publié par la Harvard Business School, le président de Big Hit Entertainment, Bang Si-hyuk, a expliqué comment la sensation mondiale BTS s’écarte du système d’idol typique de la K-pop et a plus d’autonomie que les autres groupes de K-pop.

Lors de son interview avec les auteurs de «Big Hit Entertainment et Blockbuster Band BTS: K-Pop Goes Global», Bang a déclaré que les renégociations du contrat du groupe – une période où de nombreuses histoires de conflits surgissent entre artistes K-pop – ont eu lieu sans le intervention d’avocats ou d’agents.

«Nous avons demandé si nous serions en mesure de poursuivre ce succès pendant encore sept ans. Les membres ont déclaré: «Nous vous donnerons sept ans de plus, mais accordez-nous la reconnaissance que nous méritons pour les succès que nous avons obtenus, et reflétons cela dans le contrat», a-t-il déclaré.

Le septuor et le label se sont concentrés sur ce qu’ils pouvaient faire pour leurs fans et leurs clients, ce qui a permis une transition pacifique rare et la poursuite de leur relation de confiance. Ils n’ont pas non plus parlé d’argent pendant les entretiens.

Les vacances d’un mois de BTS l’année dernière, avant de conclure «BTS World Tour: Love Yourself», est une autre déviation des pratiques courantes dans le monde de la K-pop.

Bang pensait que trois à quatre jours de repos, ce qui est la norme de l’industrie, n’aideraient pas beaucoup les membres. Il savait que le label prendrait un risque en laissant le groupe faire une pause prolongée, en particulier au plus fort de leur popularité, car il existe une véritable crainte que les fans ne partent si les groupes ne font rien.

Mais les dirigeants du label ont décidé d’aller de l’avant, en gardant la vue d’ensemble à l’esprit car ils ont reconnu que le modèle commercial traditionnel n’était pas viable à long terme.

Le septuet publie également librement sur les réseaux sociaux sans aucune intervention de son label. Les membres n’ont pas de compte individuel sur Instagram ou Twitter, mais ils ont configuré des profils distincts sur la plate-forme de communauté de fans de Big Hit Weverse. Et là, a précisé Bang, ils “gèrent leurs propres comptes” et l’entreprise n’intervient pas à moins qu’ils ne demandent spécifiquement conseil.

Cette stratégie de laissez-faire sur les médias sociaux découle de l’atelier de Big Hit de 2011, un événement de trois jours pour réévaluer la direction de l’entreprise alors qu’elle était au bord de la faillite. C’est à travers l’atelier que l’équipe s’est rendu compte qu’en dépit de la multiplication des plateformes sociales, de nombreuses personnes se sentent plus isolées qu’auparavant. Le label a décidé d’utiliser les médias sociaux pour «aider, inspirer et guérir les gens» à l’avenir, et forger une véritable connexion entre artistes et fans.

Le dernier article montre également clairement que Bang et son label ont tout fait pour soutenir le groupe, pour les aider à grandir de la meilleure façon possible tout en encourageant les risques que leurs méthodes non conventionnelles échouent.

Big Hit s’est concentré uniquement sur BTS depuis leurs débuts en 2013 sans introduire de nouveaux actes jusqu’à l’année dernière avec TXT. C’est très inhabituel en K-pop où les entreprises redirigent rapidement leurs ressources vers un nouveau groupe d’apprentis une fois qu’elles pensent que le groupe a atteint un certain niveau de maturité.

“Nous avons réfléchi à l’idée de transférer nos ressources vers un nouveau groupe”, a admis Bang.

«Mais nous avons estimé que BTS avait encore trop de potentiel et avons décidé de continuer. Cela s’est avéré être une décision correcte. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Blessé au poignet, Taemin retarde son retour initialement prévu pour juillet

SEVENTEEN bat un record de 12 ans datant des Backstreet Boys sur Oricon avec «Heng: garæ»