Au Japon, Les cheveux bouclés sont interdits K-Sélection
dans , ,

Au Japon, Les cheveux bouclés sont interdits

Au Japon , les étudiants aux cheveux bouclés sont les plus discriminés !

Il ressort d’une enquête menée auprès d’étudiants japonais que de nombreux jeunes modifient leur coiffure naturelle. En quoi les règles strictes des écoles japonaises ont-elles eu un impact sur ces étudiants ? Afin de le savoir, l’association du barreau de Tokyo a récemment mené une enquête auprès d’étudiants d’origines raciales mixtes ou étrangères. Les résultats montrent que ces réglementations affectent un nombre disproportionné d’étudiants.

  • Les règles sont-elles des règles ? Ou discrimination ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la liste des choses interdites a de quoi surprendre dans un pays où apporter des chocolats pour la Saint-Valentin ou des nappages de riz furikake est considéré comme un acte d’impolitesse et mérite d’être banni. En effet, imposer des règles de comportement est une chose, mais exiger que l’apparence naturelle corresponde aux normes raciales japonaises en est une autre. Au Japon, les règles draconiennes en matière de coiffure tendent à agir dans ce sens, en punissant sévèrement les élèves qui sortent de la norme.

Au Japon, Les cheveux bouclés sont interdits K-Sélection

Citons l’exemple d’un mannequin japonais qui a dû suivre des cours d’isolement au lycée pour s’être teint les cheveux en violet, ce qui diffère radicalement des cheveux noirs japonais. De plus en plus d’étudiants ont des cheveux non noirs, ce qui n’est pas un choix de mode, mais plutôt une question de racines.

Selon le ministère de la santé, du travail et de la protection sociale, un enfant sur 24 né au Japon en 2021 avait soit un parent, soit les deux de nationalité étrangère. À défaut d’un changement radical de la culture scolaire japonaise, ces enfants entreront dans des systèmes scolaires où les élèves sont déjà victimes de discrimination pour avoir des cheveux frisés ou clairs.

Au Japon Les cheveux bouclés sont interdits 3

Cette situation a poussé l’association du barreau de Tokyo a mené une enquête auprès d’élèves d’origine étrangère fréquentant l’école primaire, le collège ou le lycée au Japon tout en interrogeant également leurs tuteurs légaux sur leurs expériences en matière de cheveux. Il s’agit de la première étude de ce type au Japon et les résultats ont été publiés en janvier de cette année.

Au Japon, Les cheveux bouclés sont interdits K-Sélection

  • Les cheveux bouclés sont interdits

Dans chaque groupe d’âge de l’enquête, moins de 3 % des personnes interrogées fréquentaient des écoles internationales qui ont des règles similaires à celles des écoles américaines ou britanniques et ne mettent pas souvent en œuvre des règles strictes en matière de coiffure. Environ 97 % des élèves fréquentent donc des écoles japonaises.

Au cours des mois de mai et juin de l’année dernière, 129 participants, dont 81,4 % de femmes, ont répondu à un questionnaire et 69% ont déclaré avoir des cheveux très bouclés tandis que 70 % portaient leurs boucles naturelles. Quant aux autres, ils ont déclaré avoir suivi des traitements shukumōkyosei (縮毛矯正), des permanentes lisses et/ou avoir teint leurs cheveux en noir. S’agissant d’un traitement de lissage permanent qui élimine 70 à 90 % des boucles, du volume et des frisottis en restructurant chimiquement les liens du cheveu, le terme Shukumōkyosei signifie littéralement « rétrécir et corriger les cheveux ».

縮毛矯正

Ce sont surtout les sentiments de vouloir « ne pas se faire remarquer » qui ont motivé celles qui ont retouché leur chevelure.

  • Les écoles exigent une preuve que les boucles sont naturelles

Certains ont répondu par écrit que ce qui les avait poussés à changer de coiffure, c’était pour « éviter de devoir présenter des jigeshōmeisho (地毛証明書) », c’est-à-dire des « vrais certificats de coiffure ». Sur les 177 lycées à temps plein de Tokyo, 44,6 % exigeaient en 2021 ces certificats aux élèves dont les cheveux ne correspondaient pas à la norme japonaise, c’est-à-dire lisses et noirs.

L’avocat Yōichi Arizono a fait part aux journalistes du Mainichi Shimbun qu' » Il est interdit selon le règlement de l’école de changer de coiffure, sous prétexte qu’il n’est pas convenable de se faire remarquer « . Ainsi, près de 10 % des écoles interdisent les tresses et 23 % interdisent les tresses à la française. Sous couvert d’anonymat, une étudiante afro-américaine a déclaré au Toyo Keizai qu’elle avait reçu de son établissement scolaire l’autorisation spéciale d’aller à l’école une fois par semaine en portant jusqu’à quatre tresses après sa « journée de lavage », en attendant que ses cheveux sèchent pendant 24 heures.

Les écoles exigent une preuve que les boucles sont naturelles

Le port de la queue de cheval est imposé aux étudiantes par 22 % des écoles, ce qui ne convient pas aux cheveux bouclés.

Pour Emiko Najima, coiffeuse spécialisée dans les cheveux noirs, ces règles peuvent causer des dommages à long terme. En effet, à force d’attacher leurs cheveux, les personnes qui ont de fortes boucles peuvent souffrir d’alopécie de traction, c’est-à-dire d’une forme de perte de cheveux.

  • Le droit à l’éducation au cœur de la chevelure

M. Arizono a vu des écoles faire pression sur des élèves pour qu’ils se fassent une permanente ou se teignent les cheveux, ce qui, à ses yeux, constitue une « assimilation forcée et une discrimination ». Les répondants à l’enquête ont partagé des anecdotes qui résonnent avec la critique de M. Arizono.

 » Il arrive que lorsque je vais à l’école avec des tresses, on m’interpelle et on me réprimande pour ma coiffure « , a déclaré l’une des personnes interrogées. Certaines personnes interrogées ont en revanche fait état d’un soutien de la part des écoles, comme l’autorisation d’utiliser du gel pour les cheveux noirs. En réponse à la question de savoir ce que les écoles devraient faire, une personne interrogée a déclaré : « Je veux pouvoir aller à l’école, peu importe que j’aie une afro ou des tresses, des cheveux noirs ou bruns. »

bac coreen etudiant

  • « Ce n’est pas la peine de rester ici »

En février dernier, un lycée de la ville de Himeji, dans la préfecture de Hyōgo, a isolé un élève métis noir et métis japonais à un étage différent des autres élèves parce qu’il s’était présenté à la cérémonie de remise des diplômes avec des tresses nouées. Le jeune diplômé de 18 ans et ses parents ont quitté l’établissement pendant la cérémonie, estimant qu’il n’y avait « aucune raison d’être là », rapporte le Mainichi Shimbun. Dans les jours qui ont suivi, l’étudiant est retourné à l’école pour recevoir son diplôme mais un professeur lui a dit de « quitter les locaux de l’école », en faisant un geste de la tête à l’égard de ses tresses.

Face à cette situation, le groupe civil Japan For Black Lives a adressé une pétition au ministère de l’éducation, lui demandant de supprimer toutes les règles discriminatoires de l’école. Ainsi, la pétition a été signée par environ 37 000 personnes le 7 septembre de l’année dernière.

etudiants japonais

  • Sources  黒髪・直毛」が前提の校則 外国人ルーツの子の人格形成に影響. 毎日新聞 「外国にルーツを持つ子供たちの学校における髪の毛にまつわる経験についてのアンケート」調査報告書. 東京弁護士会 「黒人の髪型」が校則違反になる学校の超理不尽. 東洋経済  黒人伝統の髪型は校則違反? 隔離された卒業生「返事もできず」. 毎日新聞 髪型や髪質で差別しないで 文科省に3万人超の署名提出. KYODO
S’abonner
Notification pour
guest
6 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Se-ri

WHAT ?? C’est le scénario d’un film post-apocalyptique façon « Equilibrium » ou bien ?? Carrément interdire les cheveux bouclés ?? INTERDIRE ??
Et pourquoi pas imposer légalement le blanchiment de peau et de se faire brider les yeux pendant qu’on y est ?? Quitte à être cons, autant ne pas faire les choses à moitié.
Ils se croient à l’époque impérialiste pour nous refaire le remake de la japonisation sur les peuples ou les catégories sociales qu’ils considèrent inférieurs ??

S’ils veulent moins d’étrangers chez eux, ils n’ont qu’à réduire davantage les quotas des migrants et des immigrés sur leur territoire.
Là c’est clairement une atteinte directe à l’identité socio-culturelle des personnes concernées, qu’elles soient japonaises, asiatiques d’ailleurs, noires, arabes ou encore d’origine latine. C’est de la tyrannie et c’est absolument révoltant.

Il y a des Death Note qui se perdent.

Lisa

Il est super mignon le gamin avec ses cheveux bouclés. Les japonais son cons, on devrait leur onterdir d’avoir les yeux bidés.

Se-ri

Ha oui on devrait leur faire pareil lorsqu’ils arrivent dans d’autres pays: obligation légale de se faire débrider les yeux (malheureusement, ça plairait à certains) et de se faire couper les cheveux en brosse car les cheveux longs et lisses, ça fait efféminé (hommes) et les femmes, de toutes porter une raie au milieu. Pas sur le côté pas de frange.
Ils verraient à quel point c’est drôle.

mouais

M’étonne pas, déjà parce que les vlog en parlent (j’ai souvenir d’un martiniquais qui avait une chaîne youtube qu’il a finit par fermer en quittant le Japon prématurément où il vivait comme un pariah à cause de son apparence) mais aussi que les japonais sont connus pour être très racistes et ils votent plutôt très à droite, ça se voit même dans leurs mangas, par exemple dans ceux de Masamune Shirow le racisme est présent malgré qu’il soit soft la plupart du temps et paradoxalement mixé à une ouverture, et dans un chapitre de Patlabor que je suis en train de lire il y’a même toute une histoire où le racisme y est normal et décomplexé alors que dans l’univers de Patlabor la société japonaise est « censée » être civilisée et ouverte… Si c’est ça la civilisation et l’ouverture. Les japonais ne veulent pas se l’avouer mais leur tolérance à l’étranger c’est surtout tant que celui-ci est un touriste à visa de moins d’un mois ou s’il est étranger en étrangie.
Hors manga, combien d’histoires on a vu passé avec les miss japonaises qui étaient métisses et qui se plaignaient des insultes en masse jusque dans la presse qu’elles recevaient, voir pas du tout japonaises comme l’ukrainienne l’année dernière qui font l’objet de lobbying intensifs. Au Japon, Sonia Rolland n’aurait jamais été élue.
Et ça s’arrête pas là, car la débilité n’a pas de limite, il y’a même un racisme envers les expatriés, il y’a 15-20 ans ils ont fait une campagne d’incitation au retour des japonais vivants en amérique du sud, c’était le bout du monde il y’a eu des débats, mais comme ils manquaient de main d’oeuvre, ils ont préféré les rapatrier plutôt que de faire appel à du non japonais.
Et sur BFM Business, économistes et analystes rappellent souvent que si nous, on a fait le choix de l’immigration de masse, le Japon lui a fait le choix d’une robotisation de masse parce qu’ils ne voulaient pas d’étrangers.
Après le Japon n’est pas le seul pays raciste, c’est à peu près toute l’Asie qui est comme ça à des degrés différents, mais si on regarde l’application de la politique d’asile où c’est pratiquement pas appliqué et permis, on comprend pourquoi les exilés cherchent à aller en Occident plutôt que dans les pays asiatiques riches.

Remark

N’importe quoi

Asa

Je suis d’accord c horrible

Kim Bum

Kim Bum refuse de jouer dans des K-dramas romantiques, ses fans sont profondément offensés

De plus en plus d'étrangers s'installent au Japon

Le Japon exigera l’ESTA pour les touristes exemptés de visa, ce qu’il faut savoir